Introduction,    Histoire,    Liens entre le piano mécanique et le Ragtime,    Conclusion




     I - Introduction

     L'une des plus importantes raisons de la très grande popularité du Ragtime aux Etats-Unis (et dans une moindre mesure, en Europe) au début du siècle est certainement due à deux principaux facteurs : les sheet music (partitions imprimées au format réduit largement diffusées à travers tout le pays) mais aussi et surtout à ces fameux pianos mécaniques à tel point que ces derniers sont véritablement inscrits dans l'imaginaire populaire comme étant des éléments indispensables du saloon ou du claque (preuve en est leur apparition dans la quasi-totalité des bandes dessinées d'un certain cowboy solitaire, par exemple). De sorte que, pour nos concitoyens, l'évocation de la musique Ragtime s'associe avec l'image du vieux piano mécanique désaccordé.
     Nous allons donc nous intéresser de plus près à ce dernier qui, je le répète, a joué une grande importance (sinon la plus grande) dans la propagation du Ragtime jusque dans les contrées les plus reculées des Etats-Unis.
     En ces temps là en effet, il n'existaient pour ainsi dire aucun moyen de reproduction sonore comme le disque qui, bien qu'apparu avant 1900, ne s'est véritablement développé de façon massive avant les années 20 - 30 en raison de sa mauvaise qualité de reproduction sonore.
     Par conséquent le seul moyen de créer une animation musicale dans ces lieux de plaisirs était soit de faire intervenir des musiciens soit des instruments mécanisés permettant un jeu automatique.

II - Histoire

     La première tentative d'automatisation d'un piano remonte en 1846 avec le facteur d'instruments français, DEBAIN. Il emploie des griffes d'acier reliées par des bielles à des poussoirs qui sont directement en contact avec les touches du piano. Il utilise à cet effet non des cylindres, mais des planchettes de bois garnies de clous qui sont bien peu pratiques. Chaque clou actionne une note et les planchettes sont présentées selon un ordre numéroté. Peu commode, ce système évoluera en 1882 en faisant intervenir cette fois un cylindre pointé. Ces deux événements figurent en quelque sorte la préhistoire du piano mécanique.
Push-up Aeolian      En effet, l'apparition du système pneumatique (apparu dans une version primitive dans les années 1870) sera en vérité une révolution qui se développera d'une façon phénoménale à partir des années 1900. Le papier perforé et le lecteur perforé s'imposeront cette fois définitivement. La première version de ce système apparaît sous la forme de consoles indépendantes que l'on place devant le piano (d'où le nom de "push-up") bien que ce procédé soit encombrant et peu commode. C'est pourquoi très rapidement tout est intégré dans le corps même du piano.
     Un rouleau de papier perforé défile devant un lecteur appelé "flûte de pan", garni d'autant de trous qu'il y a de notes (65 notes puis, par la suite, 88 notes). Chaque fois qu'une perforation passe devant un trou, l'air est aspiré et provoque la fermeture d'un soufflet dont la contraction entraîne la frappe du marteau correspondant sur les cordes du piano. Ce système, employant des rouleaux de 88 notes, connut une très grande popularité et se développa de façon foudroyante. De cette époque datent également les premières productions en série à grande échelle permettant la diffusion de ces instruments automatisés jusque dans les minuscules villes minières des régions encore sauvages des Etats-Unis. C'est ce système qui nous intéresse ici, car il correspond plus ou moins à la période de la Golden Era (entre 1890 et 1920) du Ragtime. Nous y reviendrons un peu plus tard. Pourtant, dès 1905, des firmes s'activèrent à trouver un procédé permettant la restitution complète du jeu d'un musicien (rubatos et nuances) ce que l'ancien système ne permettait point.
     Les premiers résultats satisfaisants aboutirent dans les années 20 à la création de différents ingénieux systèmes, appelés Ampico, Duo-Art, Recordo et Welte. L'enregistrement des plus grands pianistes de l'époque (DEBUSSY, RAVEL, SAINT-SAENS, GODOWSKY, RACHMANINOFF, HOROWITZ, LHEVINNE, PADEREWSKY, RUBINSTEIN, etc…) attestent de la perfection de ce système qui est le point culminant, l'aboutissement de la reproduction mécanique de la Musique.
     Néanmoins, dès 1935, le piano mécanique déclina très rapidement et sa disparition s'apparente à celle des dinosaures. Les phonographes et radios étaient passés par là… De nos jours, les pianos mécaniques sont des objets rares et considérés comme des pièces de collection. Il ne faut pas oublier, en passant, que toutes les grandes marques de piano (Knabe, Blüthner, Pleyel, Gaveau, Kimball, Weber et même Steinway) ont produit des pianos mécaniques.




Introduction,    Histoire,    Liens entre le piano mécanique et le Ragtime,    Conclusion

Retour au sommaire



Si vous n'êtes pas arrivés par la page index et que vous n'avez pas le menu, cliquez ici
If you're not arrived throught the index page and haven't the main menu, click here



Site créé le 26/08/00
Dernière mise à jour le 08/12/04
Créateur du site: